Financer la croissance à partir de la dette : Erreur stratégique?

Publié le par architectedelafinance

Financer la croissance à partir de la dette : Erreur stratégique?

Financer la croissance à partir de la dette, était-ce une erreur stratégique ? Dans cet article nous verrons que cette stratégie, qui s'est avérée payante sur le court terme, a rapidement montré ses limites au moindre signe de ralentissement de la croissance économique. Avant d'entrer dans le vif du sujet, faisons un peu d'histoire.

 

Un peu d'histoire...

 

Nous sommes le 2 septembre 1945 et la France sort enfin de son conflit contre l'Allemagne avec l'aide des Américains 6 ans après. Le bilan est assez lourd, mais sans rentrer dans le bilan économique la France a besoin de se reconstruire. De là commence la période des "30 glorieuses", période de prospérité économique dans ce qu'on appelle "les pays développés"  membre de l'OCDE jusque mi 1970 environ. En résumé cette prospérité est typiquement occidentale et elle touche pour être clair les pays Européens,  les Etats-Unis et le Japon uniquement. Mais la contrepartie est mauvaise.

 

Le recours à la dette en dépit d'une croissance spectaculaire

 

De là commence l'émergence d'une nouvelle société : la société de consommation. La France connait à ce moment là une croissance spectaculaire de l'ordre de 7% pendant environ 30 ans, et fait le choix quand même de recourir à la dette pour encourager ses investissements, alors qu'elle n'en a pas forcément besoin.

 

En parallère d'autres décisions majeurs et non sans conséquences se décident :

 

- La conférence de Bretton Woods de 1944 décide de reconstruire le système monétaire international. Keynes, grand économiste Brittanique s'oppose à l'américain Dexter White qui décide d'imposer le dollar comme hégémonie internationale à condition de garder la parité Or / Dollar pour le bien-être de l'économie. En effet être simple l'or est un métal précieux qui a une certaine valeur. Le Dollar devait suivre le cours de l'or qui est un très bon indicateur afin que la monnaie papier ne soit pas fabriquer à outrance. Or en 1971 cette parité est abandonné sous Richard Nixon ce qui n'est pas sans danger.

 

- le 5 juin 1947 ,Les Etats-Unis adoptent le plan Marshall : il s'agit d'une aide économique pour les pays européens engagés dans le conflit. ce don de 13 milliard n'est pas sans objectif bien evidemment : l'idée est d'éradiquer le communisme et éviter la surproduction américaine. En France notamment ce don a servi de financer l'investissement à condition que les commandes soit faites à l'industrie américaine.

 

Ainsi la sphère économique occidentale commence déjà à se dessiner. On peut alors penser que les américains ont profité du conflit pour s'imposer comme une puissance dominatrice auprès des Européens. Les pays Européens ainsi que le Japon avaient une balance commerciale déficitaire (différence entre les ventes extérieurs et les achats) alors que les américains eux jouissent  d'une balance excédentaire.

 

Une croissance économique en France aux conséquences discutables

 

En France la croissance se caractérise notamment par une extraction du pétrole de plus en plus grande poussée par les nouvelles technologies telles que le plastique ou le transistor par exemple, ce qui crée un boom économique. Cela n'est pas sans conséquences non plus :

  • Développement de l'industrie
  • Développement du machinisme
  • Augmentation du niveau de vie
  • Augmentation des salaires

Mais surtout...

  • Une inflation peu maîtrisée
  • Des dévaluations successives

 

Une croissance qui finit par s'essouffler et creuser la dette publique

 

Ainsi produire en masse, consommer et gaspiller devient le quotidien des pays de l'OCDE. Cependant cette période de prospérité économique, marquée par le plein emploi en l'occurrence, s'essouffle dans les années 70. En effet il s'agit essentiellement d'une période de rattrapage économique et donc on pouvait anticiper que celle-ci s'essoufflerait un moment donné. La France passe à un taux de croissance plus faible mais quasi stable d'environ 2% par an. Cet essoufflement n'est pas sans conséquences non plus puisqu'il marque le début d'un déficit des finances publiques croissant et sans retour qui s'explique par une erreur de stratégie économique de la part des différents gouvernements français : cependant est-ce une erreur ou bien est-ce volontaire?

 

En effet la France comme d'autres pays occidentaux ont choisis un modèle économique qui couple la dette et la croissance. Tant qu'il y a de la croissance le modèle fonctionne. Or quand celle-ci s'essouffle cela creuse le déficit public. Ainsi on observe une parfaite adéquation entre l'essoufflement de la croissance et le déficit de la dette publique : (cliquez) tableau de la dette publique depuis 1975.

 

Quelles solutions envisager ?

 

Concrètement quelles sont les différentes solutions aujourd'hui et y'en a-t-il réellement? Si nous restons dans la société de consommation actuelle il faudrait récréer infiniment et avec une même cadence toujours des technologies nouvelles. Cependant est-ce possible dans un monde fini? Ou bien il faudrait sortir du mode de consommation actuel et aller vers une économie éthique, plus juste et qui requiert une consommation moindre pour rétablir l'équilibre. Mais il faudrait commencer dès maintenant afin de permettre au temps de jouer en notre faveur.

 

Ainsi la solution est simple : commençons par reformer notre mode de vie et cela commence par un rétablissement des valeurs humaines, l'abandon de l'individualisme au profit de la solidarité, l'abandon des monopoles pour aller vers un commerce plus équitable, encourager l'émergence des petites entreprises pour renforcer le tissu économique...et moi au ministère de l'économie ? Je trouve que c'est une bonne idée...

 

Parce que nous avons le pouvoir de changer le monde, ne nous contentons pas d'avoir des discussions de comptoir... Agissons et maintenant... Et le changement c'est vraiment maintenant!

 

Asma Oudina

asma_consulting@outlook.com

 

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article