Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Asma Consulting le blog

Etre actionnaire sans tomber dans le Riba

3 Décembre 2012, 09:04am

Publié par ethicreative

actionnariat.jpg

 

Cas de l'investissement dans des "Starts up" c'est-à-dire des sociétés nouvelles à fort potentiel de développement.

 

En effet il s’agit de sociétés nouvelles et dont nous pouvons espérer avoir dès le départ une transparence sur l’activité et sa licéité.

 

L'idée étant de favoriser l'investissement dans l'entreprenariat et éviter la thésaurisation dans des banques usuraires.

 

En effet investir dans une action c'est injecter du cash au capital de l'entreprise afin de participer à son développement économique et financier en espérant partager les bénéfices à la fin de l'année civile en fonction d'une rentabilité choisie à l'avance (dans l'actionnariat classique).

 

Plusieurs points sont donc à vérifier (j’ai en surement omis plusieurs, n’hésitez pas à me les rappeler dans ce cas) dans le cas ou l’on souhaite investir en respectant des règles éthiques et solidaires en accord avec l’éthique musulmane, c’est-à-dire l’absence totale « d’usure » soit le fait de se faire purement « de l’argent sur de l’argent » ce qui nuit au bien être de l’économie locale et mondiale.

 

1. L'activité de l'entreprise doit être licite

2. Les investissements et les placements de l'entreprise également (aucun cash ne doit être injecté dans des livrets usuraires ou des crédits usuraires).

 3. Le cash provenant de l'investisseur ne doit pas provenir d'une activité illicite ou d'un crédit usuraire.

4. L'intention de l'investisseur doit être bonne, et son investissement doit être encouragé par le fait qu'il souhaite participer au développement de l'entreprise et non pour une logique purement financière.

5. Il ne doit pas exiger une rentabilité à l'avance mais se baser uniquement sur la rentabilité économique liée à l’activité.

6. Il doit y avoir partage des pertes et des bénéfices selon un contrat négocié à l'avance en accord avec la jurisprudence du pays et l'éthique musulmane.

7. Participer activement aux conseils d’administration.

8. L’entreprise doit être transparente sur ses comptes consolidés et un audit doit être fait une fois par an.

9. L’éthique et la bonne foi des dirigeants seront des éléments majeurs au bon déroulement de l’investissement et au contrôle du cash injecté.

 

Ainsi vous avez injecté du cash dans une entreprise qui l'a investie dans une activité bénéficiaire. C'est le rendement de cette activité qui rentabilise votre cash. Vous ne vous êtes pas fait "de l'argent sur l'argent". Dans ce cas il n'y a aucune pratique usuraire et l'investissement doit être motivé afin d'éviter et la thésaurisation bancaire et la création de société nouvelle qui favorise l'éthique musulmane.

 

Je précise qu'il s'agit bien de mon analyse.

 

Il faudrait faire un copié collé de mon article et faire valider cela par des jurisconsultes en la matière afin de vérifier toute erreur.  Si il y a site ou je peux faire valider mon analyse auprès d'un savant confirmé je suis preneuse.

 

 

Cette analyse est fondée sur mes connaissances financières (Master en finance), mon expérience professionnelle (banque d'affaire, cabinet de courtage, conseil en gestion de patrimoine) et mes recherches sur la riba et l'usure, notamment le livre "Ar Riba, l'usure et said Ibn Ali Ibn Wahf Al Qhatani" le seul livre que j'ai trouvé aujourd'hui sur la question.

 

Asma Oudina

Analyste financière et conseils en stratégie sans riba

Recherche d'investissements licites et mises en relation

asma_consulting@outlook.com

Commenter cet article

credit en ligne 29/06/2014 15:21

Bonjour,
Merci pour l'article, en effet, il n'est pas nécessaire de prouver son argent si vous voulez être un actionnaire surtout pour un projet à long terme.

Finance Consulting 29/06/2014 17:40

Bonjour. De rien. Que voulez vous dire par "prouver son argent"?

Salim 10/08/2013 14:41

Bonjour,
Blog intéressant, je partage quasiment toutes les opinions exprimées à travers les posts.
Concernant cet article, il me semble que la 3eme condition n'est pas requise. En fait ce n'est pas l'argent qui est halal ou haram, mais la transaction. Quand on dit "cet argent est haram", on insinue qu'il provient d'une transaction haram. Sinon, il aurait été interdit pour un musulman de commercer avec un non-croyant. L'argent de celui ci étant d'origine douteuse ou contenant de l'usure par exemple, lorsque cet argent tombe dans les mains d'un musulman suite à une transaction, il n'est pas haram, même si son origine est haram. La transaction étant halal indique que l'argent qui en résulte est halal.

Enfin, c'est ce que j'ai compris en essayant d'approfondir le sujet. Wa Allah'ou a3lem.
Salam

admin 10/08/2013 15:52

Aleykoum salem et merci pour le commentaire très constructif.
Ce que je voulais dire c'est que l'idée est de rendre l'argent illicite licite.
En effet il est quasiment impossible aujourd'hui de récupérer de l'argent qui soit gagner licitement et le but et de tendre vers le licite.
En revanche tout de même si l'argent provient de commerce douteux (alcool, prostitution ect...) nous ne devons absolument pas nourrir ce genre de commerce et utiliser cet argent pour le blanchir.
En revanche si vous avez travaillé toute votre vie, même avec des non musulmans et que cela provient d'une activité licite (bâtiment, coiffure ect...) bien évidemment que cet argent peut-être utilisé.
Et attention c'est sounnah de commercer avec les non musulmans même les juifs mais attention à prendre ses précautions uniquement.
Qu'Allah vous récompense pour cet échange.