Avis juridique : Puis-je vendre ce que je ne possède pas ?

Publié le par Asma Oudina

Parmi les ventes illicites en Islam il y a la vente de ce que l'on ne possède pas. En effet bon nombre de commerçants par ignorance ou bien par suivi de leur propre opinion dérogent à la règle. Afin d'expliquer au mieux ce principe nous allons reprendre un avis juridique su Cheikh Al Albani et l'analyser ensemble :

"Question : quel est le point jurisprudentiel que l'on peut déduire de l'interdiction faite par le Prophète de la vente de ce que l'on ne possède pas ?

Réponse : ce hadith constitue une preuve évidente que le vendeur d'une chose est tenu d'avoir ladite chose en sa possession,en être le propriétaire et d'en disposer, de sorte qu'il puisse la céder en cas d'accord mutuel.

Cette interdiction est un principe général et universel, exception faite pour la vente (bay'u al-salam), selon certaines conditions mentionnées dans des hadiths authentiques, et pour toute autre vente similaire.

L'essentiel est que, de nos jours, nombre de commerçants contreviennent à ce hadith, en ce sens que la marchandise passe d'un individu à un autre puis à un troisième,tandis que ladite marchandise est toujours à sa place. Nous pouvons citer, à titre d'exemple, ce qui se passe dans un port ou dans une autre situation : la cargaison est transportée à son entrepôt. Elle est vendue à une personne, qui la vend à une deuxième et celui-ci à une troisième personne, alors que la cargaison est toujours dans l'entrepôt ! C'est la première partie que recèle ce hadith "ne vends pas ce qui n'est pas chez toi." Le premier vendeur est dans la légalité. Mais le deuxième, en vendant ce qui n'est pas chez lui, commet là une erreur évidente, qui contredit le texte de ce hadith, on ne peut plus explicite.

Il incombe par conséquent, aux commerçants musulmans d'apprendre leur religion, afin de ne pas enfreindre la Loi de leur Seigneur. Ceci leur permettra de vivre une vie heureuse.

Sinon, et parce que nous ne respections pas nombre de prescriptions contenues dans la Loi de notre Seigneur, nous méritons - malheureusement - de vivre dans notre condition actuelle. Il s'agit, certes, d'un état qu'aucun musulman possédante ne serait-ce qu'un atome de foi n'agrée. qu'Allah nous vienne en aide !

Un frère demande : même si le deuxième homme a payé le prix de la marchandise, et que celle-ci ne se trouve pas dans sa maison, il n'a pas le droit d'en disposer?! Par exemple : je souhaite acheter des moutons. J'en paie le prix en désirant qu'ils demeurent chez le premier. N'ai-je pas le droit de les vendre ?

Le Shaykh : nous y avons déjà répondu !"

 

Voici ce que l'on retient de l'étude de cet avis juridique :

1) La règle générale est l'interdiction de vendre ce que l'on ne possède pas. Le vendeur est tenu d'avoir la dite marchandise en sa possession et d'en être propriétaire afin qu'il puisse la céder en cas d'accord mutuel à un acheteur potentiel. En effet, afin de vendre la marchandise légalement il doit en détenir le titre de propriété + la posséder physiquement au moment de la vente. L'exception concerne la vente "bayu as-Salem" dont nous essayerons de trouver des informations dans un prochain article.

2) Il est interdit au vendeur de vendre ce qui n'est pas chez lui sinon il contredit le hadith "ne vends pas ce qui n'est pas chez toi" et commet une erreur évidente.

3) Le commerçant musulman doit apprendre sa religion afin de ne pas enfreindre la loi divine et vivre une vie heureuse par la grâce d'Allah le Seigneur des Mondes.

4) Si vous respections les prescriptions divines nous vivrions une vie heureuse & bénie.

 

Asma Oudina. Le 02/02/2020.

Source : page 22/23 du livret "les transactions commerciales et bancaires" chez Al Albani éditions.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vsuper hr 06/02/2020 10:29

Hi,

Vsuperhr very grateful you did share your knowledge here. It is an exuberant post

Thank you so much for providing such useful content.

Asma Oudina 06/02/2020 14:33

No problem. You welcome on our blog.