Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Asma Consulting le blog

Les versets sur la dette et leur explication – Partie 2 : de l'obligation de prendre des témoins lors d'une transaction financière à échéance déterminée

12 Février 2016, 18:00pm

Publié par Asma Oudina

Les versets sur la dette et leur explication – Partie 2 : de l'obligation de prendre des témoins lors d'une transaction financière à échéance déterminée

Nous allons continuer l’exégèse du verset sur la dette et faire l’explication {tafsir} de la partie en violet.

Sourate 2 verset 282, Allah dit dans le sens des versets : « O les croyants ! Quand vous contractez  une dette à échéance déterminée, mettez-la en écrit ; et qu’un scribe l’écrive, entre vous, en toute justice ; un scribe n’a pas a refuser d’écrire selon ce qu’Allah lui a enseigné; qu’il écrive donc, et que dicte le débiteur : qu’il craigne Allah son seigneur, et se garde d’en rien diminuer. Si le débiteur est gaspilleur ou faible, ou incapable de dicter lui-même, que son représentant dicte alors en toute justice. Faites-en témoigner par deux témoins d’entre vos hommes ; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d’entre ceux que vous agréez comme témoins, en sorte que si l’une d’elle s’égare, l’autre puisse lui rappeler. Et que les témoins ne refusent pas quand ils sont appelés. Ne vous lassez pas d’écrire la dette, ainsi que son terme, qu’elle soit petite ou grande : c’est plus équitable auprès d’Allah, et plus droit pour le témoignage, et plus susceptible d’écarter les doutes. Mais s’il s’agit d’une marchandise présente que vous négociez entre vous : dans ce cas, il n’y a pas de péché à ne pas l’écrire. Mais prenez des témoins lorsque vous faites une transaction entre vous ; et qu’on ne fasse aucun tort à aucun scribe ni aucun témoin. Si vous le faisiez cela serait une perversité en vous. Et craignez Allah. Alors Allah vous enseigne et Allah est Omniscient ».

 

II) L’ordre de faire appel à des témoins au moment de la conclusion du contrat

« رِّجالِكُمْ مِن شَهِيدَيْنِ ٱسْتَشْهِدُوٱ وَ »

Allah dit dans le sens des versets : {Faites appel à deux témoins parmi les hommes}.  Ainsi la présence de témoins au moment de la rédaction du contrat est imposée afin de lui donner force.

« أَتَانِ مْىَ وَٱ فَرَجُلٌ رَجُلَيْنِ يكُوناَ لَّمْ فَإِن »

{Ou à défaut un homme et deux femmes}

Et ce, uniquement dans le cas des transactions financières. Il faut, dans ce cas, deux témoins de sexe féminins à la place d’un homme, car les femmes sont limitées intellectuellement comme l’indique ce hadith rapporté par Mouslim, selon un récit d’Abou Hourayra qui affirme que le Prophète à dit :

« النَّارِ أَهْلِ أَكْثَرَ رَأَيْتُكُنَّ فَإِنِّي ، سْتِغْفَارَ الاْ وَأَكْثِرْنَ قْنَ تَصَدَّ النِّسَاءِ مَعْشَرَ يَا »

« Ô femmes ! Faites l’aumône et implorez abondamment le pardon d’Allah, car j’ai vu que vous formiez la majorité des habitants de l’Enfer ».

Une femme, parmi celles présentes, qui était loquace, demande alors : « Messager d’Allah ! Pourquoi formons-nous la majorité des gens de l’Enfer ? Il répondit :

«مِنْكُنَّ  لُبٍّ لِذِي أَغْلَبَ ، وَدِينٍ عقْلٍ نَاقِصاتِ مِنْ رَأَيْتُ وَمَا ، العَشِيرَ وَتَكْفُرْنَ ، اللَّعْنَ تُكْثْرْنَ »

« Vous maudissez beaucoup et vous êtes ingrates envers vos maris. Je n’ai vu personne, malgré ses limites intellectuelles et religieuses, prendre le dessus comme vous sur le plus sage des hommes »

Elle dit : « Messager d’Allah ! Quelles sont donc ces limites intellectuelles et religieuses ? »

Il dit : « s’agissant des limites intellectuelles, le témoignage de deux femmes équivaut à celui d’un seul homme, et pour ce qui est des limites religieuses, la femme s’abstient, pendant quelques jours, de prier [lors des règles] et de jeuner pendant le mois de Ramadan ». (Mouslim : 1/87).

{ شُّهَدَآءِٱ مِنَ تَرْضُونَ مِمَّن}

{…Parmi ceux dont le témoignage est acceptable}, ce qui prouve que les témoins doivent être probes.

{ إِحْدَىَهُمَا  تَضِلَّ أن }

{…De sorte que si l’une d’elles s’égare}.

Autrement dit : si l’une des deux femmes appelées à témoigner oublie l’objet du témoignage,

{ ٱلْأُخْرَىَ  إِحْدَىَهُمَا فَتُذَكِّرِ }

{L’autre pourra le lui rappeler} ce dont elle fut appeler à témoigner.

{مَادُعُوٱ إِذَا ٱلشُّوَدَءُ يَأْبَ لاَ وَ}

{Et que les témoins ne se récusent pas lorsqu’ils sont sollicités.}, ce qui signifie selon Qatada et Ar-Rabi Ibn Anas, que ceux qui sont appelés à témoigner doivent accepter. Ces paroles sont identiques à celles-ci

{فَلْيَكْتُبْ للَّهُ ٱ عَلَمَهُ كَمَا يَكْتُبُ أَنْ كَاتِبٌ يَأْبَ لاو}

{Un scribe n’a pas à refuser d’écrire selon ce qu’Allah lui a enseigné. Qu’il écrive donc.}

Certains sur la base de ces paroles affirment qu’il est obligatoire pour la communauté des musulmans {fard kifâya} qu’une partie au moins d’eux accepte d’être témoins et de témoigner. Cependant, la majorité des savants de l’Islam sont d’avis que les paroles

{مَادُعُوٱ إِذَا ٱلشُّوَدَءُ يَأْبَ لاَ وَ}

{Et que les témoins ne se récusent que lorsqu’ils sont sollicités} concernent le fait [après avoir été désigné comme témoin] de témoigner une fois sollicité [et non accepter d’être témoin] (selon At Tabari : 6/68), car le terme « témoins » dans ces paroles ne peut être utilisé que pour des gens qui ont déjà été désignés comme témoins. Par conséquent, quand le témoin est appelé à témoigner, il doit, le moment voulu, répondre à cette demande. Sinon, au moins une partie des musulmans doit s’en charger. Mais Allah le sait mieux que quiconque.

Moujâhid et Ibn Mijlaz, entre autres, affirment ce qui suit : « Celui qui est appelé à être témoin à le choix entre accepter ou refuser, mais dès lors qu’il a accepté et qu’il est appelé à témoigner, alors il doit répondre à cet appel ». [Ibn Hâtim: 3/1181, At-Tabari: 6/71]

Par ailleurs, on rapporte, selon Ibn Abbas et Al-Hasan Al Basri, que le verset concerne à la fois le fait d’accepter d’être témoin et le fait d’accepter de témoigner, une fois désigné comme témoin.

{أَجَلِهِ إِلىَ كَبِيرًا أَوْ صَغِيرًا تَكْتُبُوهُ  أَنْ ٱتَسْمُو لاوَ}

{Ne vous lassez pas de mettre par écrit ces transactions, insignifiantes ou importantes, ainsi que leur terme}.

Telles sont ici les dernières recommandations : mettre par écrit toutes ces transactions, qu’elles soient importantes ou insignifiantes.

{ٱ تَسْمُوَ لاوَ}

{Ne vous lassez pas}

Ne vous lassez pas de mettre par écrit les clauses de ces transactions à échéance déterminée, qu’elles soient importantes ou insignifiantes.

{تَرْتَابُوٱ أَلاّ دْنَىَ وَأَ لِلشَّهَدَةِ وَأَقْومُ للَّهِ ٱ عِندَ أَقْسَطُ ذَلِكُمْ}

{Ceci est plus équitable auprès d’Allah, permet un témoignage plus sûr, et est plus à même d’écarter les doutes.}

Autrement dit : mettre par écrit les clauses des transactions à échéance déterminée, comme Nous vous l’avons ordonné, est plus équitable pour Allah c’est-à-dire, plus juste pour Allah. En outre, cela permet un témoignage plus sûr, car en voyant la signature qu’il a lui-même apposée, le témoin se rappellera plus facilement. Sans cela, il est fort possible que le témoin oublie, comme cela se passe généralement.

{تَرْتَابُوٱ أَلاّ دْنَىَ وَأَ}

{Et est plus à même d’écarter les doutes}

L’existence d’un document écrit permettra de régler les différends de manière tranchée.

Source : Tafsir Ibn Kathir volume 2, pages 91-94, éditions Daroussalam

Pour signaler une correction d’orthographe sur cet article en français ou en arabe envoyez-nous un mail à correction@architectedelafinance.com

Asma Oudina

@Asma_consulting

http://www.asma-consulting.com

Commenter cet article